[Que sont-ils devenus ? #2] Julien Chelza, diplômé ESD

[Que sont-ils devenus ? #2] Julien Chelza, diplômé ESD

Après un BTS informatique et une licence pro en réseaux télécommunication option sécurité, Julien a intégré Aston sur le cursus Administrateur Systèmes Réseaux & Cloud (niveau Bac+3/4) pour poursuivre ensuite sur le Bac+5 Expert Sécurité Digitale qu’il a obtenu en 2017.

  • As-tu toujours voulu travailler dans l’informatique ?

Mon père était déjà dans le milieu. Il est Chargé de gestion du Système d’information financier , c’est la partie informatique des finances. Donc je pense que mine de rien j’ai été influencé.

J’ai toujours aimé tout ce qui était sciences et techniques. J’ai fait un bac S, une prepa scientifique, puis je me suis orienté vers le BTS puisque ça ne me plaisait pas.

Donc ce n’est pas quelque chose que j’ai toujours voulu faire, mais ça m’a toujours attiré. En faire un métier est venu après.

  • Comment as-tu connu Aston ?

Après ma licence pro j’étais destiné à arrêter mes études, c’est ce que tout le monde te dit en licence pro. Mais je n’avais pas forcément envie d’arrêter en licence. Je cherchais un organisme qui ne se basait pas sur le type de diplôme obtenu, et qui proposait des formations. Et c’est un camarade de licence qui m’a parlé d’Aston, donc j’ai postulé.

  • Pourquoi nous avoir choisi ?

Tout d’abord parce que le parcours ASRBD était assez complet, ça c’était vraiment intéressant. Ensuite le fait que les diplômes soient des titres reconnus par l’état.

La seule condition d’entrée en formation était d’avoir le niveau et de trouver une alternance. Et mine de rien j’ai vraiment été aidé pour trouver mon entreprise, c’est d’ailleurs grâce à Aston que je l’ai trouvé.

  • Comment s’est passé ton alternance ? Ça a été une bonne expérience ?

Super, c’était à l’INA (L’Institut National de l’Audiovisuel), on était une petite équipe, 6 personnes, et ça s’est très bien passé. J’ai voulu continuer chez eux en ESD mais ils n’avaient pas de poste ouvert en cybersécurité.

Et pour mon année en ESD je l’ai fait dans une ESN à Paris, que j’ai trouvé grâce à une camarade d’ASRBD qui s’est dirigée en CPTD. 

  • Penses-tu que Aston t’a bien formé ?

Oui, clairement oui. Comme à Aston le cursus ESD est en deux parties : Technique et Fonctionnelle, je suis beaucoup plus polyvalent. Enfaite Aston forme pour avoir les compétences pour prétendre à tous les domaines de la cybersécurité.

  • Que retiens-tu de tes 3 années chez nous ?

Un point vraiment motivant et agréable c’était le fait que les formateurs principaux de l’ESD étaient assez proches de nous. Ça permettait d’avoir des échanges très intéressants. Quelque part c’est le côté humain d‘Aston qui m’a plu.

  • Avais-tu une appréhension sur la sortie de tes études ?

Je n’avais pas d’appréhension sur le fait de ne pas trouver d’emploi, puisque dans le milieu on est sollicité tout le temps. J’avais plus l’appréhension de ne pas être à la hauteur.

  • Combien de temps as-tu mis pour trouver un emploi ?

J’ai été approché par une petite dizaine de boites. Je passais mon oral en mai, j’ai signé avec la boite où je suis actuellement en mars ou avril. Donc j’avais déjà un CDI quand je passais mon oral de soutenance. En juin je commençais chez eux.

  • Quel est ton poste aujourd’hui ? 

J’ai un poste  assez polyvalent chez CS-Novidy’s. Je suis Ingénieur en Cybersécurité et Analyste SOC. Depuis octobre 2018, je suis aussi team Leader d’une équipe de 6 personnes.

  • En quoi consiste t-il ?

Je suis analyste SOC comme mon équipe, mais quand il y a des points à remonter à la direction ou au client, je récolte les informations. 

La partie moins intéressante du manager c’est tout ce qui est congés, astreintes, etc… mais ça fait partie du boulot.

Par contre je n’aime pas trop le terme de manager, je préfère le terme de leader, par ce que je ne me sens pas supérieur à eux hiérarchiquement. D’ailleurs si il y a un problème ou un sujet, j’essaye de voir les idées qu’ils ont tous afin qu’on ait une idée finale qui convienne à tout le monde.

  • Quels conseils pourrais-tu donner à un futur Astonien ?

De prendre le maximum d’informations pendant les semaines de formation. Même 3 ans après j’utilise encore des documents ou des TP que j’ai fait quand j’étais en formation à Aston. C’est vraiment réalisé « en cas réel ».

Je me suis déjà aidé en entreprise d’un rapport de Forensic que j’avais fait en TP, et mon client a vraiment aimé.

Donc on est notés comme si on travaillait pour un client. Ça nous forme vraiment pour le terrain du travail. Il faut garder en tête qu’on travaille presque pour un client quand on est en formation.